POUDRIER RUSSIE

ÉDITORIAL: LE MOLOSSE AUX YEUX FROIDS

 

D’abord l’invasion militaire de l’Ukraine, puis le soutien à la répression du peuple biélorusse, et maintenant le soutien au régime kazakh meurtrier de Nursultan Nazarbayev. À cela s’ajoute la persécution de toute personne qui, dans la politique russe, critique sa gestion du pouvoir, les assassinats politiques, le palais de plusieurs milliards de dollars construit avec l’argent public en Crimée, le soutien militaire aux Azéris contre le Nagorny-Karabakh ; la déportation de migrants asiatiques à la frontière glacée avec la Pologne ; le soutien de la dictature kurde contre le peuple kurde ; les sous-marins atomiques balayant les eaux internationales de la mer Arctique pour montrer à tous qui est le chef parmi les glaces polaires.

La politique internationale de Moscou ne laisse aucune place au doute : l’effondrement de l’Union soviétique a contraint le pouvoir central à accepter la fin de sa sphère d’influence sur les pays du Pacte de Varsovie et à endurer des années de grave crise économique. Aujourd’hui, un quart de siècle plus tard, le Kremlin tente de reconstituer au moins les frontières de l’URSS telles qu’elles sont apparues au sortir de la Seconde Guerre mondiale – patiemment et obstinément, une étape à la fois, en procédant au contrôle des gouvernements et des économies locales, puis, lorsque cela est possible, à des annexions – si nécessaire, également par le biais d’actions ouvertement militaires.

Ancien officier de renseignement soviétique, Vladimir Poutine, qui tient le bâton de commandement de la Fédération de Russie depuis 1999, ne connaît qu’une seule façon de traiter les problèmes nationaux et internationaux : par la violence, l’intimidation et le chantage. Il est conscient du fait que les réserves de gaz de son pays sont nécessaires à l’approvisionnement énergétique de l’ensemble du continent européen, ainsi que du fait que, dans un monde divisé entre la Chine et l’Occident, la Russie peut jouer un rôle décisif.

Le dictateur russe aura 70 ans en 2022, il a donc encore plusieurs années de pouvoir absolu devant lui, même si, pour l’instant, il est difficile d’imaginer qui pourrait prendre sa place à l’avenir. Ce que nous pouvons constater, c’est que le monde, dans la poursuite de sa soif de pouvoir, est constamment confronté à de nouvelles crises. Et, pour chaque crise, il y a des millions de personnes prises en otage, et des milliers d’innocents condamnés à mort par son cynisme pragmatique.

Ajoutez à cela le fait que, dans la lutte pour la survie écologique de la planète, Poutine, comme le dictateur brésilien Jair Bolsonaro, se moque éperdument de toutes les prédictions catastrophiques et des activités diplomatiques et industrielles fébriles pour freiner le réchauffement continu de la planète. Poutine montre qu’il n’a qu’un seul intérêt : l’affirmation de son pouvoir absolu chez lui et de la « grandeur » russe dans le monde. Peu importe à quel prix. Dans une telle situation, il est important de garder une vue d’ensemble, afin que l’opinion publique du monde entier sache quelles sont les forces en présence.

ARTICLES