LES DÉFIS DE L’UNION EUROPÉENNE

ÉDITORIAL: L’UNION EUROPEENNE, UN REVE MENACE PAR LES GRANDES DICTATURES ET LES EGOÏSMES POPULISTES

 

Il y a 28 ans, le 1er novembre, le traité de Maastricht a donné naissance à l’Union européenne, une tentative de réaliser, à long terme, un État fédéral réunissant l’ensemble de l’Europe occidentale et la partie la plus occidentale des anciens pays du Pacte de Varsovie. Une tentative née de la douloureuse leçon tirée de la barbarie de la Seconde Guerre mondiale, qui a appris à tous que nous, Européens, sommes beaucoup plus proches les uns des autres que ne le prétendaient nos gouvernants.

Il s’agit d’une tentative difficile, semée d’embûches, car la longue vague du Congrès de Vienne, qui a établi en 1815 la notion que le droit international était fondé sur la reconnaissance des droits inaliénables des États-nations individuels, n’a pas encore été absorbée par les sables de l’histoire. Il s’agit d’une tentative née de la perspective d’une union douanière, qui a apporté de la richesse, mais qui n’est désormais plus suffisante, et doit devenir une union fiscale, législative et militaire.

Dans la dialectique politique et de lobbying de chaque pays constitutif de l’Union, l’élément le plus récurrent est celui du chantage : si vous voulez que l’unification européenne progresse, alors vous devez accepter telle ou telle exception qui garantit des avantages à un parti, une région, un groupe industriel. D’un côté, les entreprises allemandes, françaises, italiennes et espagnoles utilisent toutes les méthodes, légales ou illégales, pour gagner des parts de marché, tandis que dans les parlements nationaux, les forces populistes se taillent des espaces de pouvoir en exploitant l’ignorance, la superficialité, la peur et les superstitions d’une partie importante de la population.

À cela s’ajoute le fait que, si d’autres puissances économiques passées, présentes et probablement futures (les États-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil, le Japon et les pays du golfe Persique) partagent une seule et même langue, en Europe il y a des frontières solidifiées par des siècles, des langues différentes, des souvenirs de différends qui ont abouti à des guerres terrifiantes il n’y a même pas un siècle. L’Union européenne, telle que rêvée par Giuseppe Mazzini puis conçue par Altiero Spinelli, reste une utopie, mais c’est aussi un défi indispensable. Car, même si une grande partie de la population du continent ne le sait pas ou fait semblant de ne pas le savoir, les siècles d’eurocentrisme sont terminés. Non seulement parce que la doctrine de la souveraineté limitée, pratiquée pendant plus d’un demi-siècle par les États-Unis et l’Union soviétique, n’a pas encore été véritablement dépassée – mais aussi parce que l’agressivité de la culture et de l’économie chinoises menace de transformer définitivement l’Europe, qui était une puissance économique et industrielle, en un terrain de jeu pour les riches Chinois, Russes, Indiens et Arabes qui aiment notre beauté naturelle, monumentale et gastronomique et notre liberté de mouvement et de pensée.

Nous sommes une zone au taux de natalité négatif, avec un système de protection sociale avancé, mais qui ne peut être maintenu sans une croissance économique continue (et donc sans recettes fiscales), qui est combattue à son insu par les populistes et par cette partie de la population qui n’a pas encore compris combien le danger est grand que, dans moins d’un siècle, l’Europe devienne une terre de serveurs et de restrictions de liberté, précisément parce que nous serons débordés économiquement et énergétiquement.

Nous devons résoudre le problème du développement scientifique et technologique, de la conversion énergétique, de l’absorption des grandes masses de travailleurs dont nous avons besoin pour équilibrer le faible taux de natalité, de la nécessité de mettre en œuvre les télécommunications, les systèmes de défense, la santé et la justice. Dans ce dossier, nous abordons donc ces questions, au niveau national et supranational, animés par un esprit pro-européen et la conviction que nos acquis en matière de liberté et de civilisation doivent être défendus non pas en laissant les immigrants illégaux se noyer dans la mer, mais en créant les conditions d’une amélioration de la vie, de la société, de l’économie et de la défense militaire. Et d’annuler, si possible, ces forces politiques qui se sont vendues pour un plat de lentilles et qui, aujourd’hui, font de grands discours et utilisent les masses qui, il y a moins d’un siècle, ont été utilisées pour créer les conditions du national-socialisme et du bolchevisme, et qui sont aujourd’hui à nouveau prêtes à se jeter dans le feu pour celui qui raconte le plus gros mensonge.

ARTICLES