TRAFIGURA

ÉDITORIAL: LES ENNEMIS JURES DE LA RACE HUMAINE

 

La vie sur la planète Terre est garantie par un équilibre précaire et miraculeux, dû à la distance du Soleil, aux rythmes dictés par la Lune, à la force qui empêche l’atmosphère de se disperser dans le cosmos, à des millions d’années d’évolution, à la photosynthèse et à des milliers d’autres circonstances incroyables si particulières que la plupart des gens y croient, encore aujourd’hui, que nous sommes la seule ou l’une des très rares planètes habitées de tout l’univers, seuls dans une galaxie de feu d’enfer et de vide glacé, toujours attentifs à tout changement qui, comme cela s’est déjà produit, pourrait signifier en quelques instants l’extinction de l’espèce de vie complexe, extraordinaire et féroce appelée humanité.

Au cours des deux derniers siècles, le triomphe de cette espèce sur toutes les autres, et même sur certaines des règles de la physique et de la chimie, a conduit les êtres humains à pouvoir détruire non seulement eux-mêmes, non seulement la planète Terre, mais même certaines des étoiles environnantes. Nous avons développé des armes mortelles, basées sur le déclenchement d’une explosion thermodynamique, qui, si elles étaient utilisées, anéantiraient toute vie existante et rendraient la Terre inhabitable pendant des millénaires. Mais cela ne suffit pas. Nous avons utilisé les ressources naturelles au-delà de toutes les limites imaginables, modifiant l’équilibre tellurique, l’équilibre météorologique, menaçant le processus de photosynthèse, créant d’énormes trous dans la ceinture d’ozone qui empêche l’atmosphère de quitter la planète et, non contents de cela, nous avons créé des milliards de tonnes de déchets toxiques que l’écosystème ne peut plus éliminer.

À ce stade, nous avons commencé à faire disparaître des espèces animales et végétales entières de la surface de la Terre et, bien que nous soyons amenés par notre patrimoine génétique à défendre la survie de notre peuple, du fait que nous considérons (souvent pas à tort) tout autre être humain comme un ennemi dangereux, et que nous avons développé un individualisme unique dans l’histoire de la vie sur la planète, qui nous permet de sacrifier tout et tout le monde pour les besoins supposés synchrones d’un seul être humain.

Chacun d’entre nous, enfermé dans son égoïsme, et dans la crainte de la seule certitude qu’il a – que sa vie se terminera de toute façon – est prêt à tout pour satisfaire non seulement ses propres besoins de survie physique, mais aussi ceux de dominer les autres. Alors que les mâles de certaines espèces animales s’affrontent pendant la saison des amours, dont le but ultime est la procréation et la perpétuation de l’espèce elle-même, les êtres humains tuent, humilient, piétinent et méprisent leurs semblables, non seulement pour conquérir une femme, mais aussi pour obtenir une satisfaction momentanée, fugace et transitoire comme une fin en soi.

Dans son immense arrogance, l’être humain, dans sa socialité complexe, n’a pas seulement des besoins primaires, mais aussi des besoins induits – c’est-à-dire des stimuli qui peuvent le conduire à tuer non pas pour se nourrir ou défendre son territoire, mais pour quelques bouts de papier, pour des objets du quotidien, ou pour l’idée de pouvoir vivre dans des conditions différentes des autres, à la poursuite du succès. Tout cela ne doit pas être diabolisé, bien sûr, car c’est cette force cyclopéenne qui nous a fait sortir des cavernes pour entrer dans une société où la durée de vie a été multipliée par près de cinq par rapport au cycle naturel initial, où sa qualité s’est améliorée dans des proportions inimaginables et où le progrès nous permet de faire face à tout nouveau défi.

Aujourd’hui, l’utilisation que nous faisons de la planète nous amène au bord de l’extinction, non pas à cause d’une guerre, mais en raison des dommages que nous avons causés à l’écosystème. La plupart des gouvernements tentent désespérément de concilier les besoins primaires et induits, l’individualisme, la méchanceté et l’égoïsme avec la nécessité d’arrêter la destruction du miracle biochimique qui a permis à la vie de se développer. Pendant que cela se produit, avec tous les problèmes que cela implique, certains s’y opposent. Avec une décision aveugle et cynique, sans tenir compte du carnage et des dommages irréparables causés par leurs activités quotidiennes, ces nouveaux ennemis de l’humanité ne représentent pas des familles et des tribus – comme c’est dans nos gènes – mais des conglomérats nés pour l’exploitation de tout et de tous.

Nous parlons, bien sûr, des industries minières et pétrolières. Elles ont permis le niveau de progrès que nous avons atteint, mais aujourd’hui elles continuent d’augmenter la vitesse (parce que la demande d’énergie, de mobilité, de bien-être quotidien augmente) à laquelle elles consomment les ressources naturelles au-delà, bien au-delà des limites imposées par les lois de survie de la Terre.

Il existe une société en particulier, Trafigura, qui se comporte comme le véritable grand ennemi de l’humanité et qui continue non seulement à détruire l’air, l’eau, les animaux, les plantes et les personnes là où elle est autorisée à le faire, mais qui le fait même là où elle a essayé de l’empêcher. Cela ne signifie pas qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Partout dans le monde, à commencer par des organisations comme Amnesty International et Greenpeace[1], on tente de les arrêter. Nous essayons, à notre petite échelle, avec notre dossier, d’apporter une contribution à la perception de Trafigura par l’humanité, en espérant que nous pourrons arrêter ce monstre avant qu’il ne soit trop tard.

 

[1] https://www.amnesty.org/en/latest/news/2016/04/trafigura-a-toxic-journey/

ARTICLES