LABORATOIRE AFRIQUE DU SUD

ÉDITORIAL: LES ZOULOUS: LE PEUPLE-COBAYE HUMAIN ET LA DECADENCE DES ETATS-NATIONS

 

A chaque époque de la longue histoire de la civilisation humaine, il est arrivé qu’une zone particulière soit transformée, pour des raisons d’équilibre économique et militaire, en un laboratoire à ciel ouvert. C’est le cas de l’Italie du XVIIe au XIXe siècle – une zone géographique émiettée, fondamentalement sous le contrôle des grandes monarchies (Espagne, Autriche et France) qui, dans la péninsule, ont expérimenté différents types d’approches diplomatiques et militaires afin de maintenir le contrôle sur les Italiens rebelles, en essayant d’éviter autant que possible les guerres civiles et les affrontements entre grandes puissances.

L’histoire du Risorgimento italien, qui a commencé avec le Congrès de Vienne en 1815 et s’est terminée le 20 septembre 1870 avec la chute de Rome, a montré que la théorie que Klemens Von Metternich et d’autres avaient élaborée à la fin de la tempête napoléonienne ne résiste pas à la pratique : l’Italie est devenue une nation et a toujours une histoire importante au sein de la communauté internationale. Le XXe siècle est ensuite devenu un patchwork de laboratoires expérimentaux, principalement en raison de la guerre froide : la scission des Corées, celle du Viêt Nam, celle des deux Allemagnes, les guerres en Syrie, en Afghanistan et en Irak, et enfin la sécession raciale interne de l’Afrique du Sud – qui, malgré de profonds changements, dure depuis plus d’un siècle.

En 1913, année de l’indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni, le traité signé avec Londres prévoyait l’adhésion au Commonwealth et la signature du Land Act : les Noirs n’étaient pas autorisés à posséder des maisons ou des terres, et n’avaient pas le droit de vote : comme cela s’était produit aux États-Unis à la fin du XVIIIe siècle, les indigènes étaient enfermés dans des réserves et utilisés uniquement comme main-d’œuvre pour les Blancs[1].

En 1948, l’Afrique du Sud a adopté une loi encore plus stricte sur la ségrégation raciale, appelée Apartheid. Avec cette loi, la plupart des droits constitutionnels des Noirs ont été abolis, des mesures coercitives ont été prises pour éviter les relations interraciales (même au sein de la communauté noire, entre Bantous et Zoulous) et de cette façon, pendant un demi-siècle, la minorité blanche a géré la nation entière comme une terrible prison, dans laquelle il suffisait de peu de choses pour finir par être tué ou condamné aux travaux forcés à perpétuité[2].

Au cours de ce siècle, non seulement l’Afrique, mais le monde entier a profondément changé. Quand, en 1989, nous arrivons à l’effondrement de l’Union soviétique et à sa fragmentation interne et externe (avec la fin de sa sphère d’influence internationale), nous découvrons douloureusement que la leçon de la Seconde Guerre mondiale n’a pas été apprise, ou a été oubliée : la guerre civile yougoslave montre que les groupes ethniques sont plus forts que les intérêts nationaux, et cela est encore plus vrai pour le continent noir, où les frontières nationales ont été tracées au crayon et à la règle au cours des siècles de colonialisme, sans tenir compte de la réalité des populations indigènes.

24 juin 1995 : le président Nelson Mandela, portant la casquette et le maillot des Springboks, serre la main du capitaine de l’équipe championne du monde, François Pienaar[3]

L’Afrique du Sud est l’un des premiers pays à subir un profond changement : après les années de férocité raciste du président Pieter Willem Botha, surnommé le Grand Crocodile, le nouveau président Frederik Willem De Klerk décide que, pour que l’économie survive, il est nécessaire de mettre fin à l’embargo international qui pèse depuis des années sur le bien-être de la nation. Inaugurant une phase de transition, il entame des négociations avec Nelson Mandela, le représentant le plus célèbre et le plus modéré de l’ANC – l’organisation qui rassemble toutes les tribus noires d’Afrique du Sud luttant pour la liberté.

Mandela est en prison depuis près de 28 ans : marxiste, fier membre de la famille royale Thembu, de la tribu Xhosa, il a formé en 1990, avec De Klerk, le premier gouvernement interracial, au cours duquel il s’est surtout battu pour la condamnation des bourreaux de l’apartheid, mais aussi pour créer les conditions d’une nation dans laquelle Blancs, Bantous et Zoulous pourraient coexister en paix[4]. Cela implique une série d’actions proactives et de compromis, racontés (en partie) de manière épique et romantique dans le film « Invictus » de Clint Eastwood, qui raconte la Coupe du monde de rugby de 1995, remportée contre toute attente par une équipe nationale sud-africaine mixte, pour la première fois sous les couleurs du nouveau drapeau arc-en-ciel[5].

L’expérience la plus complexe introduite dans la nouvelle constitution préparée par l’ANC (désormais un parti politique légitime) et le nouveau Parti démocratique (dirigé par des Blancs) consiste à ajouter un quatrième pouvoir au pouvoir législatif du Parlement, au pouvoir exécutif du gouvernement et au pouvoir judiciaire du pouvoir judiciaire : le pouvoir monarchique. De plus en plus, à partir de 1994, la Maison royale zouloue, dirigée par le roi Goodwill Zwelithini, en fonction de 1969 à sa mort (2021), a acquis un droit de veto sur de nombreuses décisions parlementaires (notamment celles qui concernent la province du KwaZulu-Natal, au sein de laquelle la monarchie a son centre)[6]. Il a fondé son propre parti (IFP Inkatha Freedom Party[7]), obtenu des lois (Black Empowerment Laws[8]) pour la redistribution des bénéfices des multinationales et créé sa propre fondation, l’Ingonyama Trust[9], pour gérer son immense richesse au mépris (souvent) des lois de l’État[10].

Mandela est mort avant d’assister à l’effondrement de ce qu’il avait, avec amour, patience, intelligence et modération, tant contribué à créer : un pays moderne et occidental dirigé par des Africains en harmonie avec les descendants des colonialistes blancs. Après des années de crise dues à la corruption profonde des dirigeants de l’ANC, les neuf années de présidence de Jacob Zuma ont été l’aboutissement d’une parabole descendante : représentant de la tribu zouloue des Msholozi, Zuma a transformé le pouvoir du crime organisé en un pouvoir alternatif à celui de l’État. Après avoir perdu les élections de 2018, et surtout après la mort du roi Zwelithini, Zuma a lancé un programme ambitieux et révoltant pour prendre le pouvoir, renoncer à la démocratie, exploiter toutes les tensions internes afin de construire un nouvel empire.

Cela ne se fait pas sans retour de bâton : même les multinationales étrangères, qui exigent généralement la stabilité et, pour cette raison, aiment souvent les régimes dictatoriaux, se retrouvent aujourd’hui sous le chantage de bandes d’une violence barbare qui, sans aucun contrôle, règnent, menacent et tuent. La communauté démocratique, notamment en raison de la profonde faiblesse de l’ANC, inhérente à la corruption de l’ensemble de son appareil politique et administratif, souffre et se prépare au pire. Et il prévient à juste titre : ce qui se passe aujourd’hui en Afrique du Sud pourrait bientôt se produire ailleurs – même en Europe.

 

[1] https://www.history.com/topics/africa/apartheid

[2] https://www.britannica.com/topic/apartheid

[3] https://www.ilpost.it/2013/12/07/mandela-rugby-sudafrica-1995/

[4] Anthony Sampson, “Mandela, the authorized biography”, Harper & Collins, London 2011

[5] https://www.youtube.com/watch?v=yM4_TrGFfwo

[6] https://www.thesouthafrican.com/news/goodwill-zwelithini-five-quick-facts-about-zulu-king/

[7] https://www.ifp.org.za/

[8] https://www.gov.za/faq/finance-business/where-do-i-find-information-broad-based-black-economic-empowerment-bee

[9] http://www.ingonyamatrust.org.za/

[10] https://www.news24.com/News24/Zulu-king-wants-R18m-for-more-palaces-20120905

ARTICLES